Parquets de tradition NOS RÉALISATIONS VIDEOS NOUS CONTACTER French Parquets in english

A propos...



A propos des Calepinages

Le calepinage ou implantation dessinée des parquets est l'opération préalable et indispensable à tout projet de parquet.

Les parquets à panneaux type Versailles, d'Aremberg, Chantilly et autres ne peuvent pas avoir une dimension standard (comme on l'entend trop souvent 1m × 1 m).

Le calepinage a précisément cette fonction de déteminer la dimension des panneaux pour couvrir élégamment la pièce ; il permet aussi de décider s'il est opportun ou non de poser les panneaux avec des navettes.

Lorsqu'il y a une cheminée, les panneaux sont centrés sur celle-ci obligatoirement.

Etant donné que la géométrie des pièces à parqueter est très rarement "parfaite", il est très souvent préférable d'implanter ces panneaux en diagonale par rapport aux murs.

Les parquets type Point de Hongrie, Fougère ou bâtons rompus font eux aussi l'objet d'un calepinage préalable à toute fabrication. Après avoir choisi l'orientation du parquet, le calepinage permet de déterminer le nombre de travées, la dimension des lames, et l'angle de coupe.

Dessiner l'implantation du parquet s'avère déterminant pour gérer des espaces particuliers, comme les passages, les dégagements, les couloirs etc.











Tapis parquet hexagone Voir le dessin de principe

Dans la vidéo suivante, vous verrez l'implantation d'un parquet Tapis Hexagone en chêne.

Les Hexagones sont en chêne bois debout ; ils font 141 mm entre deux rives parallèles

L'état de surface est brossé et les arêtes cassées. Ils seront posés sans finition.

Les navettes sont brossées et ont été gris-lessivées.

Après la pose, pas de ponçage évidemment et l'ensemble sera protégé par deux couches de Bona Naturale.





A propos de la fabrication des panneaux Versailles, d'Aremberg, Chantilly etc.

Nous fabriquons les panneaux "sur mesure" ; c'est le calepinage qui détermine la dimension des panneaux.

C'est une fabrication traditionnelle, avec des assemblages tenon mortaise chevillés ; pas de colle.

Suivant les caractéristiques du chantier, ces panneaux sont fabriqués en différentes épaisseurs : classiquement en 22 mm pour une pose sur un support plan (plancher intermédiaire ou chape béton), 15 mm généralement en remplacement de moquette et 30 mm pour une pose sur lambourdes ou semi lambourdes.

Un panneaux Versailles est constitué de 43 pièces, 42 assemblages, et donc autant de tenons, de mortaises et de chevilles.

Un panneaux d'Aremberg est constitué de 35 pièces et 29 assemblages.










A propos de la pose

Un calepinage précis facilite évidemment la pose des parquets à panneaux Versailles, d'Aremberg, Chantilly etc. et des parquets de la famille Point de Hongrie, Chevron, Fougères, Bâtons rompus etc.

Le début de la pose est déterminant ; dès l'instant où un panneau est posé, la place de tous les autres panneaux est déjà déterminée.

La pose collée "donne du temps" pour ajuster finement la place de chaque élément.

Lorsque cela est possible, l'interposition d'une sous couche isolante est souhaitable ; elle apporte isolation phonique et confort de marche.







Un joint périphérique le long des murs est nécessaire. Classiquement, une plinthe viendra le recouvrir ultérieurement.

Mais certains chantiers appellent des solutions particulières. Par exemple, les plinthes existantes doivent rester en place ; il faut alors les araser en partie basse pour y glisser le parquet. Voir ce parquet Fougère en chêne avec une finition patinée vieillie







Autre cas de figure : il n'est pas possible, de par la nature des murs , de poser des plinthes ; un joint caoutchouc est alors posé préalablement à l'installation du parquet

C'est le cas avec ce parquet Pavage en chêne bois debout installé dans un chalet en Suisse dont les murs sont en pierres brutes.





A propos de la finition

Lorsqu'il s'agit de répliques des grands parquets classiques français, nous préconisons des finitions patinées vieillies en atelier avant la pose.

Vieillissement de l'état de surface, mise en teinte, protection par huile spéciale parquet ou sealer, cire à chaud.

Il ne reste plus qu'à lustrer après la pose avec une monobrosse.










D'autres projets parquet imposent des finitions différentes.

Par exemple finition gris lessivé ; l'état de surface est destructuré, brossé puis le lessivage (process maison) permet d'obtenir la teinte grisée qui est alors protégée par un vernis ultra mat ou Bona Naturale.







Actuellement, une grande variété de produits de protection parquet sont à notre disposition (huile, huile cire teintée, vernis de l'ultra mat au brillant).

La finition du parquet est déterminante ; on entre là dans le domaine de la décoration.

Parquets-de-tradition.com est un site édité par la SARL Atelier des Granges